Mark Swilling est professeur émérite de développement durable à l'Université de Stellenbosch. Il possède une vaste expérience de l'analyse des politiques, a publié de nombreux articles et coordonné de grands projets. Il détient le prix du pionnier de la faculté de l'Institut Aspen.

Marc Swilling est professeur émérite de développement durable à la School of Public Leadership de l'Université de Stellenbosch, professeur invité aux universités de Sheffield et d'Utrecht, et chercheur en basse à l'Université de Yale (2018). Il est directeur académique du Sustainability Institute (www.sustainabilityinstitute.net) et co-directeur du Stellenbosch Center for Complex Systems in Transition (http://www0.sun.ac.za/cst/). Il a co-écrit avec Eve Annecke "Transitions justes: explorations de la durabilité dans un monde injuste " (Tokyo: United Nations University Press, 2012), co-édité avec Adriana Allen et Andreas Lampis "Urbanisme sauvage " (New York et Londres: Routledge, 2016), co-édité avec Josephine Musango et Jeremy Wakeford "Écologisation de l’économie sud-africaine » (Cape Town: Juta, 2016) et a été l'auteur principal du rapport "Trahison de la promesse: comment l'Afrique du Sud est volée " (Université de Stellenbosch et Université du Witwatersrand, 2017). Il est membre du Panel international des ressources d'ONU Environnement en tant que coordinateur du groupe de travail sur les villes (http://www.unep.org/resourcepanel/) et du Conseil d'administration de la Banque de développement de l'Afrique australe. Il est co-auteur principal de "Le poids des villes: les besoins en ressources de l'urbanisation future", qui sera publié en 2018 par le groupe international d'experts sur les ressources, et travaille actuellement sur un livre provisoirement intitulé "Transitions justes dans un monde complexe: réflexions d'un incrémentaliste enragé"Il était co-auteur avec Ivor Chipkin de"État de l'ombre: politique de trahison " publié par Wits University Press en 2018.   

Voir les publications de Mark Swilling sur Google Scholar

Contribué à ce qui suit rapports