Le 22 mai 2022 marque le Journée internationale de la diversité biologique. 

Le thème de la journée de cette année est « Construire un avenir partagé pour toute vie », soulignant que la biodiversité est le fondement sur lequel nous pouvons mieux reconstruire.

On reconnaît de plus en plus que la diversité biologique est un atout mondial d'une valeur inestimable pour les générations futures. Cependant, le nombre d'espèces est encore considérablement réduit par certaines activités humaines et les taux d'extinction actuels sont plus élevés que jamais auparavant dans l'histoire.

La dégradation des terres est un facteur de perte de biodiversité et l'utilisation des terres réduit la taille de l'habitat naturel et dégrade les écosystèmes, entraînant ainsi l'extinction d'espèces. La réflexion de l'IRP "La restauration des terres comme moyen d’atteindre les Objectifs de Développement Durable », a conclu que le processus de restauration et de réhabilitation des terres, ainsi que les terres restaurées, peuvent avoir des co-bénéfices importants pour tous les ODD.

De plus, une gestion durable des ressources naturelles est nécessaire pour limiter la perte de biodiversité. L'IRP Perspectives des ressources mondiales 2019 souligne que 90 % de la perte de biodiversité, 50 % de l'impact du changement climatique et un tiers de la pollution de l'air sont causés par l'extraction et le traitement des ressources naturelles. L'article d'opinion "Construire la biodiversité - L'approche de la gestion des ressources naturelles », écrit par les coprésidents de l'IRP Janez Potočnik et Izabella Teixeira décrit quatre principes pour transformer la perte de biodiversité en valeur de biodiversité grâce à la gestion des ressources naturelles.